Copyright 2021 - Custom text here

Le monument aux morts

 Registre de l'abbé Tocheport, curé de Neuvic (année 1919) :

"Le 24 août, double fête civile et religieuse en l'honneur des morts de la guerre et pour le repos de leurs âmes. Réunion sur la place et la terrasse de la mairie, lecture par M. Dubos faisant fonction de maire, d'un discours de M. Poincaré, chants de circonstance par les filles de l'école, défilé vers l'église où, après le discours de l'abbé Latour, mutilé de guerre, est donnée l'absoute par Mr le curé, procession au cimetière. M. le curé, après les discours patriotiques de M. le Maire, de M. d'Escodéca,président de la société des vétérans, de M. Corbin, président de la société des Mutilés, M. le curé bénit le poteau provisoire et le terrain où s'élèvera le monument commémoratif des morts de la guerre. Cette magnifique manifestation, que quelques uns voulaient purement laïque et avaient commencé d'organiser comme telle, a été prise et conduite par M. Dubos et a eu le double caractère indiqué plus haut."

 

 

 

 

 

 

 

 

Le conseil municipal élu en 1912 était resté en fonction jusqu'aux premières élections organisées le 30 novembre 1919, Pierre Dubos exerçant les fonctions de maire délégué à la suite de la démission d'Eugène Gallais en janvier 1918.

Le nouveau conseil est installé le 10 décembre 1919. Ont été élus :

Nom Profession Année de
Naissance
Domicile Age en 1919 Remarques
Lavignac Edmond Vétérinaire  1862 le bourg 57  
Gaussen Georges Propriétaire  1886 Linceul 33 CS
Allard Edmond Prop.   la Côte    
Lacombe Jean Prop.  1866 Théorat 53 CS
Mazeau Jean dit François Prop.  1854 Les Jeandilloux 65 CS
Allard Marcellin Prop.  1864 Planèze 55  
Décoly Jean Prop.  1851 les Léonardoux 68 CS
Chevalier Adrien Prop.  1864 Les Jeannetoux 55 CS
Lajarthe Jules Prop.  1858 Villeverneix 61 CS
Laporte Grégoire Prop.  1859 Les Cinq Ponts 60 CS
Dubos Louis Emile Inst. retraité  1858 Planèze 61 CS
Gallais Eugène Retraité  1845 Gimel 74 CS
Seyrat Simon régisseur  1856 au château 63  
Texier Paul    1846 le bourg 73 CS
Rolland Marc Prop.   le Pic    
Monribot Edmond (Pierre) négociant  1858 au bourg 61  

 Encore une grande stabilité (10 conseillers sortants réélus et 6 nouveaux), parmi les quatre conseillers qui ont été mobilisés, un seul est réélu (Georges Gaussen)

Louis Dubos est élu maire au premier tour (15 voix pour, 1 bulletin blanc), Edmond Lavignac est élu adjoint (15 voix pour, un bulletin blanc)

 

 

Le projet de monument

En février 1914, les vétérans de la guerre de 1870 émirent le voeu d'élever un monument en souvenir des morts de cette guerre. Le conseil municipal accorda une concession au cimetière mais la déclaration de guerre empêcha la réalisation du projet.

Dès la fin de la grande guerre, Neuvic comme la totalité des communes françaises, souhaite rendre hommage aux victimes. La première mention du projet dans les registres municipaux est datée du 18 janvier 1920, la commission "pour élever un monuments aux morts des guerres de 1870 et de 1914-1918 au cimetière de Neuvic" est composée d'Edmond Lavignac et de d'Escodécat, président des vétérans.

Le registre des délibérations permet de suivre l'évolution du projet qui a mobilisé toute l'attention des conseillers municipaux :

Le 15 août 1920, un premier projet est estimé à 12050 F, or la commune ne dispose que de 5400 F et de la souscription des habitants 2650 F, une subvention de 4000 F est demandée.

Le 12 septembre, Edmond Lavignac présente son rapport sur le projet d'érection du monument "sur une des places publiques" et non plus au cimetière. Le Conseil décide de souscrire un emprunt.

Le  3 octobre, le plan et le devis réalisés par les Marbreries générales, 3 rue Poussin à Paris, sont présentés au Conseil municipal et acceptés. "Ce monument sera édifié sur la place des Tilleuls, face à l'église".=== Voir le devis === .
Le montant du devis est de 23700 F et il faut encore ajouter les frais de gravure des noms des 89 victimes de 14-18 ("soit 1133 lettres à 60 centimes l'unité") et des 7 morts de 1870.
Le financement adopté se décompose ainsi : 5400 F de participation communale (budjet additionnel 1920), 3002 F de souscription des habitants, et emprunt de 17000 F remboursable sur 15 ansauprès du Crédit Foncier. En outre, le Conseil Municipal fait une demande au Préfet pour obtenir une subvention qui sera destinée à l'achat d'une grille pour l'entourage du monument.

Le 2 janvier 1921, le Conseil décide la vente de "cinq acacias rabougris, d'un ormeau et d'un tilleul dont les branchages nuiraient à l'érection du monument".

Le 13 février, un devis de 600 F pour "une bordure en pierre dure" est approuvé, ainsi que l'achat d'une grille auprès de la maison Jouffray d'Orléans (" N° 1603 du catalogue").

Le 28 mars la grille légèrement modifiée est commandée pour la somme de 1060 F, la bordure sera posée par M. Maisonneuve, granitier à Nontron, pour une somme de 500 F.

Le 5 septembre, le Conseil Municipal organise l'inauguration prévue le dimanche 16 octobre :

De 11h30 à 12h bénédiction du monument à l'issue de la messe
A 13h banquet par souscription
A 16h inauguration officielle

 

Quels noms sur le monument ?

Etablir une liste des victimes honorées par la commune a dû être difficile... S'agit-il les soldats nés à Neuvic ? résidant à Neuvic avant la guerre? ayant leurs parents à Neuvic ? fallait-il inclure les victimes de maladies liées aux conditions de vie dans les tranchées ? les décés plusieurs mois ou années après la fin des hostilités ?

Tous ces choix expliquent certaines incohérences ou oublis et il n'est pas rare que des noms soient ajoutés sur des monuments, en particulier à l'occasion des manifestations liées au centenaire.

Le monument de Neuvic n'échappe pas à ces contradictions :

* 89 noms sont inscrits
* les prénoms sont souvent les prénoms usuels qu'on ne retrouve pas sur les fiches officielles de l'état civil ce qui ne facilite pas les recherches !
* la liste correspondant au livre d'or de la commune ne comporte que 74 noms, parmi lesquels quatre sont ignorés sur le monument, donc dix-neuf noms du monument sont ignorés par le livre d'or...
* parmi ces dix-neuf soldats, certains figurent sur le site "Mémoire des hommes" et leur fiche porte la mention "mort pour la France" mais ils peuvent être inscrits sur les livres d'or d'autres communes
* il est possible qu'un nom figure sur plusieurs monuments : c'est le cas pour le capitaine d'Escodéca de Boisse (Fougueyrolles, son lieu de naissance, La Rochelle, sa résidence et Neuvic, la résidence de son père...)

La publication progressive des fiches matricules sur le site des archives départementales apportera sans doute des éclaicissements.

 Les plaques 1870 et 1914-1918

 

L'inauguration

 Dans le bulletin d'informations municipales de janvier 2010, JJ Elias reprend la description de la cérémonie religieuse figurant dans le registre paroissial (Curé Tocheport) :

"Le maire et son conseil municipal, les écoles, les diverses sociétés (Secours Mutuel, Vétérans, Mutilés), les fonctionnaires sont partis de la mairie, bannières déployées, pour assister à la grand'messe. Sermon de circonstance très éloquent et très émouvant de l'abbé Giraudel, professeur au petit séminanire de Bergerac, mutilé de guerre, procession au monument avec bénédiction et absoute."

C'est à 16 heures, après le banquet, qu'eut lieu l'inauguration officielle; Tour à tour, prirent la parole le maire M. Dubos, le Dr Huot, conseiller général et le député de Ribérac, M. Brunet. Messieurs Ernest Guiller, sénateur et Antoine Gadaud député de Périgueux assistaient à cette cérémonie.

monument1

 

Le monument en 2014

Monument vers 1930 Monument en 2014

 

 Autres monuments

Le 15 octobre 1922, l'érection d'une colonne commémorative de trois mètres de hauteur au cimetière est acceptée à l'unanimité des membres du Conseil municipal. (photo)

De plus, le Conseil de fabrique fit poser deux plaques à l'intérieur de l'église, portant les noms des soldats neuvicois morts pour la France.

 

f t g m