Copyright 2021 - Custom text here

1917

L'année 1917 est considérée comme le tournant de la guerre à cause de plusieurs faits majeurs :

La guerre sous-marine s'intensifie, les allemands voulant interrompre l'aide économique que les USA procurent aux alliés. Le 2 avril, le Congrès vote l'entrée en guerre aux côtés des alliés. Cette décision ne produit pas d'effet concret immédiat, mais la puissance américaine provoque un réel espoir, les premiersq soldats américains arriveront sur le sol français en octobre 1917, ils seront deux millions en 1918.

A l'est, les révolutions russes de mars puis d'octobre mettent  fin à la guerre entre la Russie et l'Allemagne qui peut ainsi concentrer ses troupes sur le front occidental (armistice le 15 décembre 1917.

En France, 1917 est resté dans les mémoires comme l'année des mutineries. " Les soldats français ne refusent pas la guerre mais un certain type de guerre : une guerre inutilement sanglante, un assaut dont on sait à l'avance qu'il ne mènera à aucune possession supplémentaire. A cette première revendication, s’ajoute la volonté de voir s'améliorer leurs conditions d’hygiène et de bénéficier de permissions plus nombreuses. A long terme, ces mutineries auraient pu être néfastes si quelques officiers n’avaient pas compris la situation inédite que cette nouvelle guerre engendre. Philippe Pétain est l’un d’entre eux. Ce général, qui se rendra si tristement célèbre près de vingt cinq ans plus tard, réagit en jouant le conciliateur entre une nécessaire fermeté et une judicieuse compréhension. Il améliore les conditions et la régularité des permissions, gracie, par un décret de juin, la grande majorité des condamnés à mort et redonne à l’armée les moyens de ne pas sombrer dans l’indiscipline généralisée. "

 


 

 

 Le 5 mars, le 50e RI reçoit l'ordre de reprendre Maisons en Champagne. Le journal de marche du régiment détaille le dispositif d'attaque (page 87 et suivantes). L'attaque a lieu le 8 mars, sous une tempête de neige ... et sous les obus de l'artillerie française dont les tirs sont mal réglés (JMO page 90) ! Les mitrailleuses allemandes n'ont pas été détruites, c'est un échec ponctué "par de nombreuses contre-attaques à la grenade" qui continuent le 9 mars sans résultat tangible. Le 50e est relevé par le 221e RI dans la nuit du 10.

En deux jours, le régiment de Périgueux a perdu 107 tués, 286 blessés et 136 disparus...Parmi les morts, deux neuvicois :

 

Magne Charles, (Victor sur le monument) mort le 08/03/1917 à Maisons de Champagne (Marne), acte transcrit à Neuvic le 21/06/1917.
50e RI. matricule 1308 (Périgueux)
Blessé au visage le 15/02/1916 à Neuville St Vaast.
Citation : "...tué en contribuant à enlever une position ennemie fortement défendue". Croix de guerre avec étoile d'argent.


Né à Neuvic le 09/7/1881(la Veyssière) – 35 ans, cultivateur.
Fils de Jean et de Marie Ozard (cultivateurs).

Marié à Douzillac avec Marie Delage le 09/02/1906, une fille, Noémie Paule, née le 25/12/1911.

 Gaurel Paul, mort le 09/03/1917 à Maisons de Champagne (Marne), acte transcrit à Neuvic le 19/06/1917.
50e RI
Inhumé au cimetière de Monthois.


Né à Neuvic (les Cinq Ponts) le 10/01/1883 – 34 ans, boulanger.
Fils de Pierre (maçon, décédé en 1900 au Bas Théorat) et de Catherine Astarie.

Marié à Marie Pagnon le 12/07/1907 à Douzillac, habitait les Meuniers en 1914.

 

 Entre la mi-avril et la fin juin, le général Nivelle lance une offensive dans l'Aisne connue sous les noms d'offensive Nivelle, de deuxième bataille de l'Aisne ou de bataille du Chemin des Dames. C'est un échec sanglant (200 000 français tués en deux mois sans résultat) qui sera à l'origine des mutineries qui se multiplieront à partir d'avril.

Cinq neuvicois meurent pendant ces deux mois :

Siorac Charles, mort le 16/04/1917 à Vendresse (Ardennes), acte transcrit à Neuvic le 22/7/1917.
Caporal au 146e RI.
Pas vu dans MDH

Né à Neuvic le 21/01/1893 – 24 ans, célibataire.
Fils de Louis et de Marie Rambaud.

Lacombe Henri Georges, mort le 17/04/1917, disparu au combat de Suiffres (Marne), acte transcrit à Neuvic le 26/04/1921.
108e RI

Né à Neuvic (Théorat) le 20/07/1897 – 20 ans.
Fils de Jean et de Anne Fraisse (cultivateurs).
Brondel Joseph, mort le 17/04/1917 à Oulches (Aisne), acte transcrit à Neuvic le 07/07/1920.
127e RI

Né à Neuvic (Vincent) le 28/02/1894 – 23 ans, célibataire.
Fils de Elie et de Jeanne Lagarde (cultivateurs mariés en 1889, originaires de la Veyssière, 4 enfants).

Naboulet Antoine, (Victor sur le monument) mort le 22/4/1917 au ravin des Gralines à Braye en Laonnais (Aisne), acte transcrit à Neuvic le 11/09/1917. Son frère Louis a été tué en 1915.
79e RI
Classe 1905, matricule 751 (Périgueux).


Né à Vallereuil (Ramond) le 17/07/1885, fils de Jean et de Marie Vailler, 31 ans, cultivateur.
Marié le 04/02/1909 à St Léon sur l'Isle avec Jeanne Chaunard.

Bonnet André, mort le 05/05/1917 à Craonne (Aisne), acte transcrit à Neuvic le 03/09/1921.
34e RI

Né à St Léon sur l’Isle le 09/11/1897 – 19 ans.
Fils de Jean Séraphin et d'Anne Constant.

 

 

 Le 15 mai, Pétain remplace Nivelle. Il adopte une attitude moins offensive pour limiter les pertes en attendant du nouveau matériel ("J'attendrai les Américains et les chars d'assaut"). Les mutineries sont contenues par l'application d'une nouvelle politique des permissions et une relative amélioration des conditions de vie.

Les mutineries cessent peu à peu. Environ 3500 condamnations par les conseils de guerre furent prononcées, dont plusieurs centaines de peines de mort qui furent souvent commuées, contrairement aux peines prononcées fin 1914 pour lesquelles la condamnation était immédiatement exécutoire, sans appel possible. Le nombre exact des exécutions continue de faire polémique.

Sur tout le front, la guerre de position continue et cinq neuvicois meurent sur le front ou en captivité.

 

Bouyer Léon, mort le 28/06/1917 à la cote 304 (Meuse), acte transcrit à Neuvic le 16/08/1921.
367e RI

Né à Neuvic (Villeverneix) le 17/08/1896 – 20 ans.
Fils de Sicaire et de Marie Audebert (cultivateurs).

Pichardie Emile, mort le 15/08/1917 à Hurtebise (Aisne), acte transcrit à Caudéran le 31/12/1917.
7e RI col.

Né à Neuvic (Planèze) le 19/03/1897 – 20 ans.
Fils de Jean et d'Anne Dumas.

Callebret Albin, mort le 27/08/17 à Avocourt (Meuse), acte transcrit à Neuvic le 05/11/1917.
105e RI
Inhumé au cimetière du Ravin de la Noise, Avocourt (Meuse).

Né à Neuvic le 13/05/1877 – 40 ans.
Fils de  Joseph (originaire des hospices de Bordeaux, décédé à Planèze en 1893) et de Rose Sicaire (cultivateurs).
Marié à Mathilde Marguerite Chastanet le 29/12/1905 à Neuvic.

Duponteix Lucien, (Charles sur le monument) mort le 02/11/17, ambulance dans la Marne (ferme de Cuperly), acte transcrit à Neuvic le 27/12/1917.
18e RI

Né à Neuvic le 08/01/1895 – 22 ans.
Fils de Pierre et de Marcelline Roumagère (cultivateurs au château, 5 enfants).

 

 

Vaillier Jean, ( Vallier Jules sur le monument) mort en captivité le 22/04/1917 au camp de prisonniers du Chatelet (Belgique), acte transcrit à Neuvic le 03/09/1921.
 
Caporal au 208e RI.

Signalé comme disparu le 15/02/1917 à Massiges (Marne)


Né à Coursac le 15/09/1871 – 37 ans, cultivateur.
Fils de Jean et de Marie Poitier.

Marié à Catherine Bleynie à la mairie de Neuvic le 3 mai 1906, cultivateurs à Théorat, ils avaient trois enfants (Pierre, Madeleine et Charles âgés de 9, 7 et 5 ans).

 

 

Article précédent : 1916  Article suivant : 1918

12 morts en 1917

f t g m